• 473

Le pervers narcissique n'existe pas

Hey les filles ! Quand une grande majorité de femmes se mettent  subitement à se séparer suite à une mauvaise expérience avec un pervers narcissique je reste perplexe et je m'interroge. Je me dis, tiens, il y aurait-il une épidémie ? Ou bien cela cache-t-il autre chose ?

Imaginons que tous les hommes se mettent subitement à vous raconter qu'ils sortent d'une mauvaise expérience avec une voleuse, vous ne trouveriez pas ça suspect? Comme ça subitement il y aurait des nuées de voleuses ? Soit ça n'est pas vrai, soit il y a une cause, mais à une telle fréquence ça n'est pas là par hasard.

Alors donc, je me demande quelles sont les qualifications dont vous disposez qui vous permettent ainsi de diagnostiquer votre patient ? Etes-vous psychiatre ? Ou bien les psychiatres sont-ils devenu inutiles?

Historique de la notion

Elle est identifiée initialement par Paul-Claude Racamier qui décrit une forme particulière de perversion en 19861. Il précise ensuite cette notion dans des publications en 1987 et 1992 ainsi que dans deux chapitres de son livre intitulé Génie des origines en 1992. Il explique alors que :

« Le mouvement pervers narcissique se définit essentiellement comme une façon organisée de se défendre de toute douleur et contradiction internes et de les expulser pour les faire couver ailleurs, tout en se survalorisant, tout cela aux dépens d’autrui3. » 

Il précise qu'il parle pour sa part d'une affaire collective, loin d'être individuelle ou intrapsychique. Il ne s'agit donc pas pour lui de décrire une entité clinique psychiatrique ni psychanalytique mais un « mouvement pervers narcissique » à partir des notions psychanalytiques de perversion et de narcissisme.

La perversion narcissique n'a ainsi jamais été un trouble clinique reconnu, contrairement par exemple au trouble de la personnalité narcissique causé par une absence ou un retard dans le développement des capacités d'empathie durant l'enfance.

La notion a néanmoins été incarnée par Alberto Eiguer en 1989 dans Le Pervers narcissique et son complice7 qui parlera plus tard d'un « cas particulier de la pathologie du narcissisme ».

La notion de harcèlement moral décrite par Marie-France Hirigoyen en 1998 fera référence à ce « pervers narcissique » et va populariser cette notion. Dès lors, de multiples articles de presse et d'autres ouvrages vont dépeindre « le pervers narcissique » le décrivant comme un sociopathe agissant comme un prédateur allant jusqu'à détruire l'identité de sa « proie » par la manipulation mentale.

Dans cette expression ainsi devenue populaire, il n'est désormais plus question ni de l' « agonie psychique » ni du « déni psychotique » de l'article fondateur. 

En d'autres mots, nous voilà déjà bien loin de la notion de base qui n'était quand même que l'avis d'un seul homme, un psychiatre qui n'a rien fait de particulier.

Au train ou l'argument est utilisé, je me demande si ce n'est pas un moyen particulièrement confortable d'extraire toute responsabilité et donc toute remise en question de votre propre échec. Parce que oui, à la base personne ne vous a mis un pistolet sur la tempe, ni pour entamer cette relation, ni pour la poursuivre.

Savez-vous qu'en huit années de site de rencontre, je n'ai encore jamais entendu une femme dire, "c'est de ma faute". Est-ce normal ? je ne crois pas, alors je pousse un peu plus loin mon investigation et je tombe sur cet article fort intéressant et que je vous suggère de lire attentivement.

Le pervers narcissique n'existe pas

Mal du siècle ou invention bien commode ? Le psychanalyste Marcel Sanguet démonte le mythe du pervers narcissique. Un essai à contre-courant.

Par Émilie Lanez

Séries télévisées, émissions radio, témoignages, livres, reportages, le pervers narcissique a colonisé l'espace médiatique, qui ne se lasse plus de raconter ses méfaits insaisissables. Cet être brillant, charmeur, dont la jouissance consiste à manipuler l'autre, aurait envahi les entreprises, les couples, les familles, les cours de récréation et les vestiaires des clubs de sport. Le pervers narcissique est partout.              

Marcel Sanguet, psychologue clinicien et psychanalyste, examine l'épidémie ravageuse avec circonspection. Dans son ouvrage Le pervers n'est pas celui qu'on croit (éditions Eyrolles), l'auteur démontre que cette nouvelle figure de la psychopathologie du quotidien serait surtout une invention commode, une fable destinée à nous dédouaner de nos propres échecs. Notre époque aurait « inventé la catégorie morale du pervers pour la rendre responsable de nos maux », comme le début du XXe siècle popularisa l'hystérique pour dire le refoulement des désirs sexuels.              

Créature fabuleuse              

La fabrication du pervers a son utilité. « La notion de pervers, revisitée pour satisfaire à l'actuel mythe de la réalisation personnelle du développement personnel, qui suppose que tout est possible pourvu qu'on se donne les moyens d'y parvenir, permet de se dédouaner de nos médiocrités intimes : si la réussite n'est pas à la clef, la faute en incombe à ses pervers. » Autrement dit, sommés par la modernité de nous accomplir et de nous réaliser magnifiquement, il advient que nous demeurions englués dans nos banalités. Et ici surgit le pervers narcissique. C'est de sa faute – au bureau, à l'usine, en amour – si nous avons renoncé à atteindre nos buts, nos objectifs, notre chiffre d'affaires.              

Nous vivons dans l'ère du « tout est possible ». « Que faire quand l'échec s'avance, quand le ratage pointe, quand la militation s'impose ? Deux solutions. La première est l'auto-accusation : le sujet n'est pas à la hauteur de ses attentes, il n'a pas atteint ses objectifs et ne doit s'en prendre qu'à lui-même », écrit l'auteur. C'est alors que se déploie la dépression. « La seconde solution, poursuit-il, est de désigner un autre, animé de malveillance et de la volonté de nuire, comme responsable de l'échec. L'invention du pervers devient une excuse de médiocrité. » La charge est vigoureuse, mais convaincante. Marcel Sanguet conclut d'ailleurs, non sans malice, que « la société fabrique à tour de bras des diagnostics de pervers narcissiques ». Sauf que « des pervers en chair et en os qui se réclament comme tels, il n'y en a pas. Curieusement, cette catégorie en plein essor n'offre que très peu l'occasion de rencontrer un de ses nombreux membres ». Le pervers serait une créature fabuleuse, une fabrication moderne. Un peu pervers, non, cette théorie ?

Source : https://www.lepoint.fr/societe/le-pervers-narcissique-n-existe-pas-31-05-2016-2043215_23.php



N'est-ce pas ce que je disais plus haut ? Comme vous le savez si vous m'avez déjà lu, je pense que le système à besoin d'individus seuls et isolés pour consommer deux fois plus jusqu'à l’absurde, ce qui ne sera pas dit dans l'article du point, évidement. Il n'empêche que personne jusqu'ici ne m'a contrarié sur ce point, et que tout ceci va encore et toujours dans le même sens. La cible c'est encore et toujours l'homme, l'homme a abattre. 

Pour obtenir des individus isolés et donc, la destruction du couple, il n'y a pas besoin de détruire les deux sexes, un seul suffit. Vous pouvez essayer, mais aurez du mal à me démontrer, que ce n'est pas toujours le même qui est coupable, et toujours le même qui est victime et ça dans la nature et la réalité ça n'existe pas ! Il est donc impératif de l'inventer.

Quoi de plus facile et de plus commun aujourd'hui que de médicaliser un adversaire pour le détruire. La médicalisation coupe court à tout débat et évite toute remise en question. C'est une méthode de plus en plus utilisée et partout, regardez en politique, si vous avez des idées contraires, donc adverses , vous serez immédiatement suspecter de souffrir d'une pathologie dont le suffixe est "iste".

Si vous doutez de ce que vous raconte le pouvoir, vous serez complotiste, c'est toujours la même tactique.

Parce que oui, c'est bien de cela qu'il s'agit, on a fait de l'homme l'adversaire de la femme, et ça continue encore et encore... 

Bienvenue dans l'ère où l'on manipule facilement nos pensées et où l'on fait facilement d'un mythe une réalité obsédante.

Replies (42)
  • Je ne parlais pas de ce Monsieur Salomé et n'ai pas demandé d'avis sur lui mais juste d'une de ses citations que j'ai sorti de son contexte ... On en parle que pour les hommes ? bien sur que non si tu t'en réfère réellement au domaine vraiment médical et non au genre d'escrocs dont tu parles ... Pour ma part je ne me réfère qu'au domaine purement médical et non au charlatanisme dont tu parle. C'est vrai que ce monde là est une plaie béante et qu'ils sont encore plus manipulateurs que ceux dont ils parlent.

    • Oui mas Thudie , excuse-moi si je suis franc ou explique moi si je me trompe, mais quand même:

      25 ans avec un homme reconnu par le médecin comme pervers narcissique et ce même médecin m'a conseillé de partir pour me sauver de là, c'est dire. 

      Alors coupable de quoi ? 

      Si tu me l'avais demandé tu te doutes bien que je t'aurais dit de partir aussi. Tu as donc vécu 25 ans avec un type qui a tous les défauts de la terre, c'est donc bien un choix que tu as fait non ?

      Mais moi je suis médecin, c'est pas le type que je vais diagnostiquer, c'est toi... tu comprends?

      Il n'en reste pas moins qu'au delà de ton cas personnel, c'est devenu quasi systématique, toutes les femmes qui se séparent te racontent le même tointoin. Elles ont toutes vécu avec un malade mental dont le cerveau fonctionne complètement de travers, SAUF l'intelligence qui elle fonctionne à merveille, si bien qu'il n'était pas possible pour elles de le quitter. Mouai...

      Un terme qui revient souvent dans la description du Pervers Narcissique c'est "prédateur". Cela ne vous dit rien ? ? Ces femmes là qui ont couché pour faire carrière et qui déposent plainte 20 ans après et qui entraînent toutes les autres dans leur délire, elles aussi avait affaire a des prédateurs. Mais elles n'avaient pas le choix hein, ils fallait bien qu'elles gagnent leurs vie...

      Alors oui je pense qu'on en est là, même plus la peine de se poser la question, le connard c'est l'homme, on l'a tellement répété ces deux dernières années que moi-même j'ai difficile de ne pas y croire.

      Le danger et la manipulation sont là et le mal est fait et bien fait. Et l'histoire du pervers narcissique fait partie de la même panoplie. Le couple est détruit, il est devenu quasi impossible, logique dans cette ambiance de fête, qui qu'en veut, qui qu'en veut...? Bon il reste malgré tout quelques motivés, heureusement...

      C'est de tout çà moi que je parle Thudie, bien au delà de ton cas personnel, tu comprends ? c'est comme pour tout, si on tient compte des exceptions, on ne comprends plus rien à ce qui se passe...

      • Si tu me l'avais demandé tu te doutes bien que je t'aurais dit de partir aussi. Tu as donc vécu 25 ans avec un type qui a tous les défauts de la terre, c'est donc bien un choix que tu as fait non ?

        non c'est pas un vrai choix ... c'est pour cela que je pars ... je n'ai pris conscience de ce problème qu'il n'y a que 5 ans quand on m'a ouvert les yeux ... forcé à ouvrir les yeux ... mon vrai choix a été de vérifier ce que ces gens me disaient ... que cette situation n'était pas normale ... il m'a fallu plus de 2 ans pour me relever de ces vérités parce que ces personnes ne m'avaient pas menti ... je ne te dis pas la baffe que c'est ce genre de chose ... et il m'a encore fallu 3 ans pour me donner les moyens de pallier à cela ... je sais que la route est encore longue mais j'y arriverai

        Mais moi je suis médecin, c'est pas le type que je vais diagnostiquer, c'est toi... tu comprends?

        Ben tu vois le médecin dont je te parlais c'était notre médecin à tous les deux, de plus il voit bien ce qu'il se passe en vrai : il n'y a qu'une maison entre la sienne et mon domicile ... et les crises de mon ex-compagnon sont relativement "entendables" à l'extérieur

        Ces femmes là qui ont couché pour faire carrière et qui déposent plainte 20 ans après et qui entraînent toutes les autres dans leur délire, elles aussi avait affaire a des prédateurs. Mais elles n'avaient pas le choix hein, ils fallait bien qu'elles gagnent leurs vie...

        bien évidemment il y a eu des dérives dans ce phénomène ... mais bien sur aussi , il y a celles qui ont été vraiment manipulées et crois moi (là je parle tous domaines confondus) on a juste le choix de "subir et patienter" ou "mourir ( ... au sens psy du terme).

        "Subir et patienter" donne au moins le droit au réveil pour autant qu'il y ait de s personnes assez courageuses et franches que pour mettre les victime face à leur miroir et leur expliquer ce qui est de l'ordre de l'acceptable et du non-acceptable.

      • Hum, si  je puis me permettre?

        En ce qui me concerne, tous les prsy sont a enfermer! Ce ne sont, pour moi, que des profiteurs, des manipulateurs donc des pervertis narcissiques!

        Ils savent tout sur tout, vous connaissent mieux que vous même!De vrais artistes dans l'art subtil de la manipulation mentale!

        Psychiatre et psychologue dans le même panier avec les Coatchs qui vont apprendre aux pauvres débiles que nous sommes comment bien vivre!

        Différentes formations m'ont appris ces techniques afin de mieux "négocier" pour un syndicat et aussi pour La Croix rouge pour les situations d'urgences.

        Mais plus dangereux sont encore les gourous de différents poils et sexes!

        Ceux de la mode, du "bien"manger, de la chose inutile qu'il faut absolument avoir, de la "bonne façon de se comporter ou de s'habiller!

        Ugh, lebricolo a causé!


        1
        • Je n'irais pas jusque là. Déjà il faut distinguer psychologues et psychiatres. Tu as des pathologies comme la schizophrénie par exemple pour lesquels il existe  des traitements relativement efficaces, il faut bien quelqu'un pour les prescrire. Les psychologues, je suis plus réservé. Ils peuvent être utiles, il y a des personnes qui sont dans un profond mal-être et qui n'en connaissent pas la ou les causes où plutôt qui les connaissent mais qui ne veulent pas les voir. Ils peuvent être utiles à aider à ouvrir les yeux.

          Les psychologues peuvent aider a démêler tout ça, je les vois un peu comme des enquêteurs qui cherchent le coupable ou dans des cas moins graves, un ami a qui parler. Parler ça ne fait jamais de tort évidement. Par contre, je crois qu'il en existe aussi pas mal qui devraient changer de boulot et qui comme je l'ai dit sont là pour vider le portefeuille de leurs patients.

          Donc encore faut-il tomber sur un bon. Je pense que bien trop souvent ils appliquent des principes et des théories dont ils ne sortent jamais, ceux là font bien souvent pire que rien. Quand il  un mal-être il y a une cause, si on ne peut pas éliminer la cause, bien souvent seul le temps peu guérir, et dans ce cas là le psy est juste là pour faire passer le temps.

          Si je prends l'exemple  de la schizophrénie, c'est parce que ayant un proche qui en souffre, c'est un cas que je connais bien. C'est une pathologie tellement vaste avec des degrés tellement divers, que la plus part des psy devrait refuser le patient en leur disant "je ne suis pas spécialiste de la schizophrénie, je ne peux rien pour vous". Dans les faits ça n'est pas ce qui se produit, ils prennent le patient et l'argent qui va avec et font pire que rien. Pas toujours de mauvaise foi, beaucoup pensent que ce qu'il ont appris à l'école va leur suffire.

          Donc tous bon à jeter non, mais méfiance avec tout ça. Je ne sais pas si c'est encore le cas aujourd'hui, mais "être suivi" un moment donné était une mode. Je crois que ça l'est toujours, au moins dans les milieux de la bourgeoisie.

        • Oh que si ça existe ..... J en ai eu un sur le dos pendant 10 ans ..... La reconstruction fut lente.  Par contre, aujourd'hui je les sents à des km a la ronde. Et surtout leurs raisonnements pervers ne fonctionnent plus.

          • Je confirme que ça existe quelques soit le sexe mon ex a été diagnostiquée par des experts psychiatre comme tel sans oublie d autre Termes maintenant que je ne suis plus son emprise et avec le recul je constate ce que je ne voyais pas a l epoque mais dela a faire une généralité faut pas pousser non plus

            • Plus le nombre de personnes augmentent plus je pense que ce qui est écrit dans cet article et ce que je pense est correct.

              Donc si j'ai bien compris, c'est vous qui êtes sous son emprise, mais cependant, c'est aussi vous arriver à l'emmener se faire expertiser chez des experts psychiatres ? Contre son gré?

              1. Pourriez-vous m'expliquer comment vous faites pour forcer quelqu'un à se faire hospitaliser contre son gré?

              2. Comment trouver-vous des médecins capables d'établir ce diagnostique alors que d'après Wikipédia, qui n'est pas la bible j'en conviens, ce n'est pas un trouble reconnu ?

              La perversion narcissique n'a ainsi jamais été un trouble clinique reconnu, contrairement par exemple au trouble de la personnalité narcissique causé par une absence ou un retard dans le développement des capacités d'empathie durant l'enfance.

              3. Les quelques personnes ci-dessus qui ont été confrontées au problème peuvent-elles expliquer comment on reconnait un pervers narcissique et quelles sont ses caractéristiques ?

              • Baloo .... Ta dernière réponse .... Amener le pervers en clinique .... La on rêve, il ou elle se sent bien et ne doit pas se faire soigner. Leur sport préféré est le harcèlement moral et c est tellement incidieux que c est la victime qui se culpabilise et c est la que ce jeu devient pervers

                Comment les dépister .... Très compliqué. Il n y a que quand on a pu sortir du système et qu on tombe sur un bon médecin que l on arrive a comprendre comment on en est arrivé là.

                Et dès lors, manipulation, comportements douteux (management par l humour) dérision, culpabilisation de la victime sont autant de sonettes d alarme qui vous empêchent de retomber dans les filets de ces gens.

                Pour ma part, il s agissait d un petit chef .. dans notre service, après mon départ en maladie, un suicide, sa complice .... Des demandes de changement de service .... Il a été viré .... A ma connaissance il a toujours une maison, une famille ....

                J ai eu la chance de tomber sur un médecin qui m a aidé a remonter la pente, a comprendre que le coupable ce n était pas moi, que grace a un caractère bien trempé j avais pris la bonne décision, celle d aller voir la médecine du travail.aujourd hui je vis calmement, a mon rythme, j ai rencontré des personnes qui ont compris que valoriser l autre fait progresser tout le Monde. A 63 ans je suis retourné a l ecole pour apprendre a souder ...

                Désolé pour la longueur du message .... Si certains vivent encore ce cauchemard, contactez moi en MP. Je ne demande qu a aidé.

                1
                • Cela fait deux fois que tu me fais dire ce que je n'ai absolument pas dit, c'est pourquoi il n'y a aura pas de 3ème. Mais la manipulation, ça commence là !

                  • Je ne manipule pas .... Je dis ce que pense et je pense ce que je dit. Je sais ce que j ai vécu .... Et je ne souhaite a personne de vivre la même chose.

                    Bonne nuit et dsl de ne pas être en harmonie.

                    Fraternité

                    • Je suis désolée, mais quand tu me réponds en commençant  par  "Très chère .... Tu as raison .... C est moi qui ai réveille les pulsions de mon harceleur. Et de sa complice qui s est pendue .... Après coups ....", soit tu as un problème de vue, soit tu me mets sur le dos des choses que je n'ai absolument pas écrites.

                      Non non, raconter ce que tu as vécu en me faisant dire ce que je n'ai pas dit, et en caricaturant volontairement ce que j'ai dit, ce n'est pas correct, ce n'est pas du tout une question d'harmonie.

                      Enfin c'est déjà ça, on appelle les choses par leur nom, le harceleur n'étant déjà pas l'objet du débat... revenons donc sur le sujet principal.

                      Le pervers n'est pas celui qu'on croit

                      Comme l'envahisseur extra-terrestre de la série télévisée, le pervers narcissique rôde;: certains l'ont démasqué dans le lit conjugal, d'autres au travail et il n'est pas rare de le rencontrer en politique. Nous serions bien avisés de savoir l'identifier car le pervers narcissique est devenu la figure du mal absolu. Calculateurs, manipulateurs et prédateurs pervers n'attendent qu'une faiblesse de notre part pour nous anéantir. Pourtant les choses sont loin d'être aussi manichéennes nous dit l'auteur de cet ouvrage qui déconstruit un portrait de société. Marcel Sanguet convoque publicités, icônes de la culture rock, phénomènes de la téléréalité, scénettes de la vie quotidienne -;au volant, au musée, au travail, chez le psy;- pour confronter cet épouvantail boursouflé à la vraie structure de la perversion. Que cache cette invention bien commode;? Le respect de la Loi, l'obéissance, les bienfaits de l'évaluation et de l'autorité, l'expertise, la réussite éducative... Saurez-vous distinguer derrière ces notions à la mode l'authentique toute-puissance du perversif;? Pas súr. Car le pervers, c'est toujours l'autre, n'est-ce pas;?

                      Comme le sujet m'intéresse, je vais essayer de me le procurer et de le lire. Je pense comprendre qu'il s'agit de remettre la perversion à sa place. Savez-vous que la télévision est devenue terriblement perverse? Qui ne la regarde pas ?

                    • Désolé, j'ai pas pu résister ? image_transcoder.php?o=bx_froala_image&h=1278&dpx=2&t=1572371413

                      2
                    • Ah j'avais oublié cette vidéo, très intéressante sur le sujet :

                      • Pour avoir vécu 15 ans ? avec une, ben oui sa existe belle et bien ! et s'est en subissant certaine abération et incohérence qu'on les dépiste , pourquoi 15 ans me direz vous ? avec 2 petits bouts on ne fuis pas devant ses responsabilités ! entre espoirs de changements , suivis psy et éternelle "amour qui rend aveugle " ou plutôt on ferme les yeux sa va passer ! ben s'est le Temp et le ras le bol qui est passé ! je ne sais pas si a se jour cette pathologie est reconnue mais sa ferrais du bien a certain ou certaine ? 

                        • Elle n'est pas encore reconnue malheureusement et n'est pas prêt de l'être. 

                          • Oui, mais au moins toi tu acceptes  ta part de responsabilité et  ça me paraît important, pour ne pas retomber dans une piège plus tard. Ce que tu dis là, c'est aussi bien souvent le cas quand tu vis  avec une personne qui te trompes, ou une personne violente, qui a des problèmes d'alcool où n'importe quel autre vice. 

                            avec 2 petits bouts on ne fuis pas devant ses responsabilités ! entre espoirs de changements , suivis psy et éternelle "amour qui rend aveugle " ou plutôt on ferme les yeux sa va passer !

                            • merci Emma , s'est une bonne analogie , je rajouterais sans trop entrer dans les détails que malgré qu'elle sais que j'ai ouvert les yeux depuis un bon moment cela ne l’empêche en rien de continuer son jeux de perversion encore heureux que mes enfants ne sont pas dupe , qui plus est ne sans cache aucunement du contraire ....elle s'en amuse fièrement ! comme quoi cela se rapproche plus que bien d'une maladie mentale non reconnue mais étudiée .   

                            • Oui Giuseppe2020 mais justement, c'est tellement simple qu'il faut se demander comment on peut en faire toute une maladie. Dans l'exemple que tu cites, lorsque l'on connait 7 langues, comment peut-on se laisser déstabiliser par quelqu'un qui n'en connait qu'une ?

                              Ne faut-il pas au minimum souffrir d'un gros complexe d'infériorité pour qu'il en soit ainsi ? Il me semble évident que si l'on est victime aussi facilement, on sera alors victime toute sa vie, ce qui est d'ailleurs bien souvent le cas puisqu'il n'y a pas de conscientisation du véritable problème et qu'au contraire, le problème, c'est l'autre, c'est indéfiniment lancer la "victime" sur une fausse piste, c'est à mon avis tout le problème.

                              Le fonctionnement est simple :

                              1) Ils répèrent un domaine dans lequel vous excellez et qu'ils vous jalousent (par exemple : vous parlez couramment 7 langues)

                              2) Ils repèrent une faille dans laquelle ils peuvent appuyer (par exemple : ils parlent parfaitement l'allemand - mais uniquement cette seule langue étrangère - et mieux que vous)

                              Ils appuieront sur la faille pour vous convaincre de votre nullité (par exemple : ils vous demanderont comment on peut parler si mal allemand... trop d'investissement dans trop de domaines, donc vous ne terminez pas ce que vous commencez, etc...)

                            Not logged in users can't 'Comments Post'.